Home

La parabole du faux prêcheur

 

Ozark

L′introduction d′Ozark annonce que l′histoire qui sera contée traitera essentiellement d′argent. Argent volé à un truand, argent sale qui occasionne un massacre, argent à blanchir sous peine de mort pour Marty, le malheureux héros de l′histoire, argent à gagner pour sa femme qui veut assurer la survie de la famille, argent pour la fin de vie du propriétaire de la villa dont ils louent l′étage, argent illégal d′un planteur d′opium, argent pour acheter des terres et se venger, manque d′argent pour la propriétaire d′un centre de loisirs ou le gérant d′une agence immobilière, argent,enfin, pour bâtir l′église du pasteur. « L′argent est, au fond, ce qui mesure les décisions d′un homme » nous dit-on. À voir…

image titre

Marty est un conseiller financier doué mais corrompu : en plus de ses affaires apparentes, il blanchit l′argent d′un cartel mexicain. Malheureusement, son partenaire Bruce a commis des indélicatesses avec ces fonds douteux. Le chef du cartel entend récupérer ses millions. Ses arguments sont expéditifs. Pistolet sur le front, Marty doit improviser. Dans la panique, un prospectus lui revient à l′esprit. Il vend au chef du cartel une nouvelle filière de blanchiment plus sûre, loin de Chicago, dans ces Monts Ozark vantés par le dépliant.

paysage Orsark 1
Toute la famille déménage donc en urgence et s′installe dans cette région reculée du Missouri dont la beauté naturelle ne semble pas avoir inspiré les habitants. Hormis le flot occasionnel des vacanciers, Marty, sa femme Wendy et leurs deux enfants, Charlotte et Jonah, découvrent une population repliée sur elle-même, échantillon représentatif de ces petits blancs qui auxquels Trump doit son succès. Qui sont-ils ? Des familles qui se connaissent depuis toujours et perpétuent sans fin alliances et rancunes. La loi ne s′applique pas dans un monde clos où tout le monde se tient. Jacob Snell, chef autoritaire de sa tribu, ex-agriculteur reconverti dans l′opium, condense à lui seul les caractéristiques de ces « rednecks »* qui ont fait l′Amérique d′autrefois et réclament aujourd′hui leur dû. La tribu Longmore, dominée par la jeune Ruth, criminelle en herbe, représente, elle, les « white trashes »*, dans toute leur misère.

barque
Pour des bourgeois citadins de Chicago-la-démocrate, la chute est rude. L′Amérique moderne, connectée et mondialisée des mégalopoles est derrière eux. Bienvenue dans ce Midwest où l′horizon, comme les consciences, est limité par les Monts Ozarks.
Qu′importe ! Marty se met au travail. Il reprend des commerces en difficulté pour les transformer en machines à blanchir l′argent de la drogue. Périodiquement, pourtant, de nouveaux obstacles surgissent, repoussant d′autant l′espoir de se libérer de l′emprise du cartel. La descente aux enfers de Marty prend un tour inéluctable.
Cette mécanique destructrice d′Ozark semble naître des lieux eux-mêmes tant elle s′accorde aux paysages hantés, souvent nocturnes et bleutés où se dissipent les dernières illusions de la famille.
Face à l′adversité il ne reste à Marty que sa capacité de convaincre. Sa parole. Car si l′argent est l′objet, l′obsession, le leit-motiv d′Orzak, la parole, elle, en est le substitut. Son immatérialité rivalise avec la matérialité de l′argent. Dépense du verbe contre accumulation des richesses. C′est en racontant une histoire au gangster mexicain que Marty échappe à la mort, comme, dans notre monde, une rumeur ou un mot lancé par un dirigeant quelconque fait s′effondrer la bourse, sans le moindre rapport avec la production réelle de richesses.

vous m'avez menti
Mais il ne s′agit pas de n′importe quelle parole. On peut le vérifier dans quantité de séries ou de films américains : vient toujours le moment du prêche. Soudain, un protagoniste se met à raconter une anecdote de son enfance, à citer un épisode plus ou moins exact de la Bible ou à évoquer la vie d′une personne quelconque. Tous alors se taisent pour l′écouter. Son récit, simple et compréhensible, devient l′allégorie de la situation présente et en délivre la morale.
C′est ainsi dans La Nuit du Chasseur, par exemple, où le faux pasteur qui prêche de ville en village, avec sa parabole de la main gauche et de la main droite, embobine des plus crédules pour les voler. Dans Ozark, un financier se réfugie dans une ville pour restituer l′argent qui ne lui appartient pas et n′échappe aux prédateurs qu′en improvisant des histoires. Toutes proportions gardées, Ozark, c′est La Nuit du Chasseur à l′envers. L′eau du Mississipi qui accueille la mère sacrifiée puis la fuite onirique des enfants de La Nuit du Chasseur est l′eau du lac d′Ozark où se repêchent les cadavres et s′enfuient les rêves d′une adolescente, Charlotte.

cadavre

Un pied dans le réalisme, un pied dans le drame moral, un dernier pied dans rien, Ozark est donc l′histoire d′un coupable dans un monde encore plus coupable que lui. À l′aune de la corruption généralisée d′Ozark, Marty Byrde n′est objectivement pas le pire. Au moins n′a-t-il pas de sang sur les mains. D′ailleurs, comme le démontre son fils devant son institutrice, sans l′argent de la drogue, l′économie américaine se serait effondrée en 2008. Et c′est vrai. Tout bien pesé, Marty fait-il pire que les entreprises qui, chaque jour, soustraient leurs bénéfices au fisc ? En faisant miroiter aux yeux des crédules un avenir radieux, fait-il pire que les banques américaines qui ont vendu des milliers de maisons à des acheteurs insolvables, précipitant ainsi la crise de 2008 ?
Mais même un faux prêcheur peut annoncer une rédemption. Marty n′apporte pas le mal à Ozark, il ne fait que le révéler. Le pasteur ne s′y trompe pas en l′accusant les yeux dans les yeux : « Dieu existe forcément parce que le diable existe. Je pense que vous êtes le diable incarné ». Le diable nous tente, certes, mais, ce faisant, il met à jour le mal qui est déjà en nous. Il ne l′invente pas, ce mal, il le dévoile. Par là-même, il ouvre la porte à un possible rachat des fautes. À condition de le comprendre et de le vouloir. C′est le cas de Ruth.

voyouse

Ozark, est aussi l′histoire d′une famille, ou même de plusieurs familles. La famille de Marty et Wendy, réduite à un pacte professionnel et qui, inexorablement s′effrite. La tribu « white trash »* des Longmore, qui survit de larcins et d′où émerge la figure de Ruth, une gamine froide et dure. Le gang criminel des Snell, autochtones sourcilleux et gros producteurs d′héroïne. La famille enfin du pasteur dont l′idéalisme remplira le chemin d′épines et de souffrance.

fille:mère
Comme c′est le cas pour beaucoup de séries, Ozark pose aussi la question de l′état de la famille. Plus particulièrement celle de Marty, c′est à dire la famille aisée, urbaine, celle qui réalise soudain que le sol s′est dérobé sous ses pieds ? Le capitalisme financier a créé les conditions de sa perte. Les petits blancs rageurs des campagnes et des régions désindustrialisées ont repris la main. Les gangs de la drogue ont déstabilisé l′économie. Assurer ses revenus absorbe toute l′énergie. Les liens affectifs se sont défaits sans que l′on s′en rende compte, par manque de temps, parce qu′on était occupé ailleurs. Parce qu′aussi les familles urbaines modernes se veulent transparentes.

Orzak laisse hélas un goût d′inachevé. Le tardif 8ème épisode en forme de flash-back est un aveu. À ne pas choisir entre le réalisme, la dénonciation sociale, le drame moral, l′histoire à suspens, elle nous laisse ballants. À effleurer tant de questions sociales, morales, politiques ou intimes, elle ne nous rassasie pas. Quand à l′épisode final, le moins que l′on puisse dire est qu′il accumule les facilités. Mais en dépit de tous ces imperfections, ou même à cause d′elles, Orzak est une série moins lisse que d′autres. Ce n′est pas ce qui la rend moins attachante.

 

Fargo S03

Neige 1

Il n′y a pas loin d′Ozark à Fargo. Il s′agit là-aussi d′une histoire d′argent. On n′en sort pas. Cette fois, c′est la fortune d′un entrepreneur qui est en jeu, jalousée par son frère jumeau et convoitée par la mafia russe. Mais Fargo, à la différence de Ozark est une fable. Un grand-guignol pour grandes personnes.
Poursuivant la série qui prend sa source dans le film de Joel et Ethan Coen, cette troisième saison débute curieusement en RDA, par l′interrogatoire néo-kafkaien d′un citoyen lambda accusé par la Stasi d′être un autre et d′avoir tué sa femme, qui, au demeurant, n′est pas la sienne**. Mais trop tard pour comprendre, nous sommes déjà dans le Minnesota, en 2010.

Nikki
Foin de réalisme ! Le programme de cette saison de Fargo, s′il est bien celui annoncé au quatrième épisode, est l′adaptation du Pierre et le Loup de Stravinsky. Avec un oiseau, l′homme d′affaires Emmit Stussy, un canard, son frère jumeau Raymond ***, contrôleur de liberté conditionnelle, un chat, Nikki Swango, aigrefin(e) en liberté conditionnelle et maîtresse de Raymond, un grand-père, le craintif Sy Feltz, l′associé d′Emmit, un loup affamé, le mafieux russe V.M. Vargas, et enfin Pierre, sous les traits de l′inspectrice de police Gloria Burgle. Une galerie de personnages annexes, plus typés les uns que les autres, complète la distribution. Gardons-nous à leur égard de toute condescendance. Comme il se doit dans cette série, Fargo S03 met en scène des personnages de fable où chacun joue un rôle limité à ce qu′il est, ni plus ni moins. Inutile d′évaluer les comportements au verre-mesureur de la crédibilité, Nikki se comportera en chat et Vargas en loup. Dès lors ce qui importe, plus que la part d′initiative laissée à chaque caractère, est la mécanique qui fait avancer bon gré mal gré l′ensemble des pièces vers la fin de la partie. Et la morale, ou l′absence de morale, qui s′en suivra.

Capture d_écran 2017-08-23 à 18.41.40

Deux lignes se côtoient avant de se confondre : celle de la rivalité des deux frères Stussy et celle de la prise de contrôle de la société d′Emmit Stussy par la mafia russe. À l′exception de l′inspectrice Burgle, au bon sens inébranlable, et du méchant Vargas, la candeur est la qualité la mieux partagée par tous les personnages. On a le sentiment d′atterrir dans un monde où les adultes se comporteraient comme des enfants. Une mine d′or pour Vargas, roi des menteurs et manipulateur invétéré. Sa méthode consiste à embobiner ses victimes avec des histoires fausses et des raisonnements tirebouchonnés. On ne comprend pas toutes ses paraboles, elles n′ont parfois que peu de rapport avec la situation mais elles font leur effet. Elles placent ses abus, ses menaces, ses manipulations à un niveau historique ou moral irréfutable. Du moins, tant qu′on n′y réfléchit pas trop longtemps.
On a donc affaire à un personnage venu de l′extérieur et qui subjugue une communauté au renfort de paraboles pour mieux la piller. Le faux prêcheur, à nouveau.

Loup 2

La fable est à sa place dans les paysages horizontaux et glacés du Minnesota, parmi ces gens simples, légèrement déconnectés du monde moderne et, comme je le disais, parfaitement guignolesques. Par moments, cependant, une irruption de sauvagerie fait voler en éclat la petite musique ironique du récit. C′est Nikki battue hors-champ par les sbires de Vargas, sous les yeux horrifiés de Feltz, c′est un des hommes de Vargas décapité ou un tueur tué par la chute d′un climatiseur, mais cette violence soudaine et excessive se joue soit hors-champ, comme dans les manuels de cinéma, soit d′une façon si excessive qu′elle en devient parodique.

Feltz
Contrairement au spectateur d′Ozark, le spectateur de Fargo sait où il en est, devant quoi il est et à quoi il doit s′en tenir, à l′exception notable du prologue, que, parvenus à la fin, nous ne savons toujours pas interpréter, sinon, peut-être, comme allusion au Vargas d′une vie antérieure en RDA. La préhistoire du loup, en quelque sorte.

Loup 1

Notes :

* « white trash » : « blancs pauvres » et « redneck » : « ploucs »

** Scène où l’on retrouve Sylvester Groth, dans le même rôle d’officier de la Stasi qu’il tenait dans Deutschland 83.
*** les deux sont formidablement interprétés par le même Ewan McGregor.

Ozark est une série américaine créée par Bill Dubuque et diffusée sur Netflix en 2017. Elle est interprétée notamment par :  Jason Bateman, Laura Linney, Sofia Hublitz, Skylar Gaertner, Julia Garner, Jordana Spiro, Jason Butler Harner, Esai Morales, Peter MullanLisa Emery, etc…

Fargo S03 est une série américaine crée par Noah Hawley et diffusée sur FX en 2017. Elle est interprétée notamment par : Ewan McGregor , Carrie Coon, Mary Elizabeth Winstead, David Thewlis, Michael Stuhlbarg, etc…

Une réflexion sur “Osark & Fargo S03

  1. Pingback: Legion | les carnets de la télévision

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s