Home

McMafia

McMafia businessman

Le présent et les feuilletons font bien plus que cheminer ensemble, ils se parlent, s′observent, se commentent. On ne peut les rencontrer l′un sans l′autre. Preuve en est la tentative d′assassinat de l′ex-agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Youlia au coeur de Londres, le 4 mars dernier, qui ne pouvait mieux contextualiser la série McMafia diffusée en tout début d′année sur BBC One. La police britannique a profité de ce nouveau crime pour ré-ouvrir une douzaine de dossiers d’espions, d’opposants ou de richissimes profiteurs mystérieusement tombés de leur fenêtre ou sous le métro. Parmi ceux-ci, quelques oligarques corrompus auraient fait bonne figure dans McMafia.
Adaptée d′un roman de l’écrivain et journaliste Misha Glenny, cette série rompt avec l’épopée à la façon de Narcos pour s’attaquer presque documentairement à ce masquent les frasques de certains richissimes russes de Londres, de la Côte d′Azur ou de Chypre, c’est à dire la corruption internationale.

McMafia dépeint une famille russe patronnée par un mafieux en disgrâce auprès du Kremlin et qui tente de faire d′Alex, son fils, un honnête banquier anglais. Costumes impeccables et discrétion, ce jeune homme arbore comme une seconde peau les signes extérieurs de la réussite sociale à l′anglo-saxonne. Malheureusement son oncle paternel a conservé des liens qui, non seulement, lui seront fatals mais qui entraîneront le fils prodigue à assumer son héritage. Les limites sont minces. Passer du côté obscur est, dans une banque, la chose la plus aisée du monde. En toute conscience, la City a recyclé tant de millions d′argent sale venu de Russie qu′elle s′est laissée à son tour gangréner. « I’m not a gangster, I’m a banker » répond un jour Alex. C’est vrai, mais ça rime.

Gomorra 3 c

(Gomorra S03)

Qu’importe ce que contiennent vraiment les conteneurs qui transitent au travers des océans ? l’essentiel est que les super-cargos naviguent, que les ports s’activent et que l’argent circule de banques en banques. Les nouvelles Mafias opèrent comme des franchises, dit lui-même Misha Glenny. Des marques dont tel ou tel gang peut se réclamer, comme on gère un McDo ou un Carrefour. Ce modèle, né en Russie dans les années 90 est devenu la Mafia moderne.

McMafia prostituées

McMafia n′est par réellement surprenante pour ce qu′elle révèle des autoroutes de la corruption ouvertes par l′économie globalisée. Chaque fraudeur fiscal sait qu′en cachant son argent aux îles Caïman, il le mêle à celui du trafic international de drogue, de la prostitution ou du trafic d’armes et qu’il alimente une économie gigantesque. Entre 30 et 45 % de l′économie mondiale passe par les paradis fiscaux. En ce sens, McMafia décrit sans fard ce qu′est notre monde. Au-delà, pourtant, ce feuilleton narre une autre histoire, peut-être aussi vieille que celle de l’avidité humaine, mais plus essentielle : l′impossibilité d′un fils d′échapper à son père.

McMafia 1
Alex Godman a en effet été protégé toute sa jeunesse, il a fait ses études à Harvard et a créé sa banque d′affaire loin de tout ce qui touchait à son père et au passé de celui-ci en Russie. Il ne parle même pas bien russe, même si il le comprend. Sa chute progressive dans les rets de l′atavisme, pas à pas, en ne concédant chaque fois que ce qu′il croit pouvoir reprendre, persuadé de toujours pouvoir revenir en arrière, est-elle aussi inéluctable ? Ce n′est pas une histoire de sentiments, c′est un mouvement plus fort qui fait que, sans même s′en rendre compte, on se retrouve à être ce dont on a voulu se distinguer. Alex s′est construit une autre vie, avec une jeune anglaise idéaliste. Il est de culture anglo-saxonne et maîtrise des codes qui ne sont pas ceux de ses parents. Plus rien ne les relie que les liens de sang. Sa propre fiancée milite elle-même pour la responsabilité morale de la finance et des entreprises. Tout le dilemme d’Alex se joue sur cette frontière, qui est celle de tous les exilés, entre la vie qu’il s’est construite et celle d’où il vient. Entre le sol et le sang.

MCMafia-episode-4-review
Le jeu impénétrable de James Norton, qui interprète d′Alex, expression sans doute fidèle de la retenue britannique, n′aide pas véritablement à mesurer l′évolution du personnage. Face à lui, celui d′Aleksey Serebryakov, qui joue le rôle son père, caricature de russe exilé dépressif, ne parvient à convaincre. Il y avait pourtant dans ce personnage déchiré par l’exil de quoi tracer une grande figure dramatique, si la place lui avait été accordée. Il faut attendre la fin de la saison pour sentir ce qui se dénoue dans le personnage d′Alex et se mettre à espérer une seconde saison. C′est au détour d′un plan où ses yeux se brouillent de larmes. Sa première émotion perceptible, enfin. Sans doute, la faiblesse de ce feuilleton tient-elle à sa difficulté à dépasser la démonstration pour nous faire éprouver ce que ses personnages vivent, ce qu′ils choisissent ou non d′être. Or c′est ainsi qu′une histoire nous incite à penser.

Gomorra S03

Gomorra 3 b
La troisième saison de Gomorra est elle-aussi celle des fils. Les vieux chefs sont tombés les uns après les autres. Les territoires ont volé en éclat, les trafics se sont émiettés entre factions rivales. Restent les fils face à leur absence d′héritage. Ce qui leur était dû – du moins le croyaient-ils – s′est volatilisé. Leurs revenus, leurs fiefs, leurs troupes, tout cela n′est qu′un mirage qui se serait estompé sous leurs yeux dessillés. Comme autrefois leurs pères, il leur faut regagner chaque parcelle de leur empire par le meurtre, par le chantage, en passant des alliances avec l′ennemi d′autrefois, comme l′ont fait leurs géniteurs aux temps anciens. Prendre la succession du père implique de ré-accomplir tout son chemin. Car au contraire de McMafia, qui dépeint le monde moderne, Gomorra traite d′un monde encore moyenâgeux. Les chefs de clans se parlent et traitent entre eux comme des féodaux du XIIème siècle. Tout l′archaïsme de la mafia italienne suinte au travers de leurs mots et de leurs actes. « Moi aussi, je suis fils de roi ! » lance un capo à Gennaro, le nouveau chef du clan Savastano, et son combat sera moins celui d′un trafiquant de drogue ordinaire, appâté par des gains faciles, que celui d′un fils qui veut prouver à son quartier de Naples que sa dynastie a repris possession de son territoire. Il faut le voir à la tête de sa horde de scooters traverser le quartier en déchargeant son arme sur les façades pour réaliser que l′accumulation du profit vaut moins, à ses yeux, que la dépense, en manifestation d′une souveraineté reconquise.

Gomorra scooters
Il n’y a pas jusqu′à Ciro Di Marzio, l′Immortel, qui n′échappe à l′ordre archaïque. Lui, l′éternel second, s′inflige des mois de pénitence en Bulgarie, pour expier le meurtre de sa femme. Affligé d′incessantes vexations, insulté jour et nuit, il serre les dents et subit jusqu′au terme de la mortification qu′il s′est lui-même imposé. Moine-soldat, il se met à son retour au service de Gennaro, aux ordres duquel il a assassiné le père. Les successions se déroulent ainsi, dans les tragédies antiques. Débarrassé de tout sentiment, voire de toute humanité, Ciro di Marzio est la figure la plus implacable de ce théâtre tant on le sent mû par la fatalité. En ce sens, il est celui qui incarne le mieux l’essence de la Camorra : plus qu′une organisation criminelle, une éthique mortifère.

Gomorra 3 f
Mais Gomorra, c′est aussi l′éternelle revanche d′un quartier périphérique où l′on a entassé cette plèbe – « les singes » comme les appelaient les napolitains du centre-ville – qui, ravalant son humiliation, a fait de cet enchevêtrement d′immeubles dégradés le plus florissant marché de la drogue d′Europe. Les petits bourgeois viennent s′y approvisionner, les fêtes d′étudiants se propulsent à la cocaïne, la Camorra prospère, ni la police ni la Justice n′y peuvent rien. Ils n′existent même pas, à dire vrai. Tout se joue dans un monde ténébreux où survivent des milliers de familles exclues de la société italienne. Comment échapper à ce dédale incertain d′immeubles délabrés, à ces longues coursives sales, ces escaliers de béton uniformes, ces couloirs anonymes, ces logements miséreux où s′entassent des familles entières ? La série en tire des images d′une beauté dure, aux contrastes aggravés, révélant les personnages comme des figures un instant arrachées à l′ombre. Ce qu′ils sont et ne cesseront d′être que pour mourir.

Gomorra silhouette

McMafia est un feuilleton britannique écrit par Hossein Amini and James Watkins à partir du livre de Misha Glenny et diffusé sur BBC One en 2018. Il est interprété notamment par : James Norton, David Strathairn, Juliet Rylance, Aleksey Serebryakov, Merab Ninidze, Faye Marsay…

Gomorra (S03) est un feuilleton italien écrit par Roberto Saviano, Giovanni Bianconi, Stefano Bises, Leonardo Fasoli et Ludovica Rampoldi d’après l’ouvrage de Roberto Saviano. Diffusé en 2018 sur Sky Atlantic, il est interprété notamment par Marco D’Amore, Salvatore Esposito, Cristiana Dell’Anni, Gianfranco Gallo, Arturo Muselli…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s